Seychelles





Seychelles, 4° Sud.


J’ai voyagé sur l’Atlantique, le Pacifique, l’Océan Indien ; je n’ai pas rencontré à ce jour un peuple autant calme, serein, agréable... ou malgré la pression du tourisme, l’homme est resté ouvert, parlant et simple. Est-ce l’éloignement, l’absence de voiture comme sur La Digue (peut-être bien), ou encore pour une autre raison inconnue.... Merci aux Seychellois.


On ne présente plus les Seychelles, destination mythique, de rêve ou d’obsession, elles signifie pour beaucoup de longues plages de sable blanc, baignant dans l’eau émeraude.


La réalité n’est pas très éloignée. Mais il n’y a pas que cela à découvrir.


La vie à Victoria, la capitale n’est pas différente  que celle que l’on connait dans les grandes villes, mais dès que l’on s’en écarte, c’est l’image de plages pratiquement désertes qui revient. On croisera également une plantation de thé et malgré la proximité de la capitale plusieurs espèces endémiques.

A Victoria, on retrouvera le marché au poisson, ressemblant à l’image que l’on rencontre dans certains ports ; à ceci près que celui-ci est coloré à la façon tropicale.


Nous empruntons le bateau pour nous rendre à La Digue, l’ile qui a fait la réputation des Seychelles, avec ses roches de granit rose qui plongent dans l’océan Indien. C’est ici qu’on a ressenti l’image du paradis sur terre.

C’est ici également que nous rencontrerons la Veuve des Seychelles, un oiseau endémique dont il ne reste que quelques individus menacés par l’extension immobilière. C’est ici également que la langueur et le calme des iles se fait ressentir le plus au voyageur.


La nature a été épargnée sur certaines iles et les animaux qui n’ont pas de prédateurs se laissent approcher aisément. Séjour sur Cousin où de nouvelles expèces que l’on ne rencontre pas ailleurs partagent notre quotidien, étant parfois curieux et effrontés au point de nous approcher pour chaparder un peu de nourriture. Un aperçu de la nature telle qu’elle était avant la présence humaine.


Sur Praslin, c’est le végétal qui prend le relais. Ici 9 variétés de palmiers sont endémiques et ne se rencontrent pas ailleurs sur la planète. La plus réputée est le coco de mer qui produit la plus grosses graine du monde, le coco fesse.

Nous accompagneront aussi un pêcheur pour remonter des casiers et préparer son poisson pour le proposer à la vente.

réalisé en vidéo numérique 16/9ème.,

1h5mn


       

                            

       

         

        

           

      

       



                                  

------------------------------------------------------------------------------------------

Si vous souhaitez obtenir davantage d’informations concernant la diffusion des films proposés, organiser une conférence, etc : n’hésitez pas à prendre contact.




© j-philippe vantighem 2013